Accueil/Home

Quai d’Orsay (2013)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réalisateur : Bertrand Tavernier

 

Fiche technique: ici

 

CASTING

 

Thierry Lhermitte

Alexandre Taillard de Worms

Raphaël Personnaz

Arthur Vlaminck

Niels Arestrup

Claude Maupas

Bruno Raffaelli

Stéphane Cahut

Julie Gayet

Valérie Dumontheil

Anaïs Demoustier

Marina

Thomas Chabrol

Sylvain Marquet

Thierry Frémont

Guillaume Van Effentem

Alix Poisson

Odile

Marie Bunel

Martine

Jean-Marc Roulot

Bertrand Castela

Sonia Rolland

Nathalie

Didier Bezace

Jean-Paul François

Jane Birkin

Molly Hutchinson

François Perrot

Antoine Taillard

Sébastien Pouderoux

Ludovic

Thomas Croisière

Xavier

Joséphine de La Baume

Isabelle

Jean-Paul Farré

Hector Marlier

 

 

 

SYNOPSIS

 

 Alexandre Taillard de Worms est grand, magnifique, un homme plein de panache qui plait aux femmes et est accessoirement ministre des Affaires Étrangères du pays des Lumières : la France. Sa crinière argentée posée sur son corps d’athlète légèrement halé est partout, de la tribune des Nations Unies à New-York jusque dans la poudrière de l’Oubanga. Là, il y apostrophe les puissants et invoque les plus grands esprits afin de ramener la paix, calmer les nerveux de la gâchette et justifier son aura de futur prix Nobel de la paix cosmique. Alexandre Taillard de Vorms est un esprit puissant, guerroyant avec l’appui de la Sainte Trinité des concepts diplomatiques : légitimité, lucidité et efficacité. Il y pourfend les néoconservateurs américains, les russes corrompus et les chinois cupides. Le monde a beau ne pas mériter la grandeur d’âme de la France, son art se sent à l’étroit enfermé dans l’hexagone. Le jeune Arthur Vlaminck, jeune diplômé de l’ENA, est embauché en tant que chargé du “langage” au ministère des Affaires Étrangères. En clair, il doit écrire les discours du ministre ! Mais encore faut-il apprendre à composer avec la susceptibilité et l’entourage du prince, se faire une place entre le directeur de cabinet et les conseillers qui gravitent dans un Quai d’Orsay où le stress, l’ambition et les coups fourrés ne sont pas rares... Alors qu’il entrevoit le destin du monde, il est menacé par l’inertie des technocrates.