Accueil/Home

La quatrième dimension (1983)

(Twilight Zone : the Movie)

 

 

 

q1

 

q2

 

q3

 

q4

 

q7

 

q8

 

q9

 

q10

 

 

quatrieme

 

Réalisateurs : Joe Dante, John Landis, George Miller, Steven Spielberg

 

Fiche technique: ici

 

CASTING

 

 Dan Aykroyd

Un passager / Un ambulancier

Albert Brooks

Un conducteur

 

Vic Morrow

Bill Connor

Doug McGrath

Larry

Charles Hallahan

Ray

John Larroquette

Un membre du KKK

 

Scatman Crothers

Mr. Bloom

Bill Quinn

Mr. Leo Conroy

Martin Garner

Mr. Weinstein

Selma Diamond

Mrs. Weinstein

Helen Shaw

Mrs. Dempsey

Murray Matheson

Mr. Agee

Peter Brocco

Mr. Mute

Priscilla Pointer

Miss Cox

 

Richard Swingler

Mr. Gray Panther

Kathleen Quinlan

Helen Foley

Jeremy Licht

Anthony

Kevin McCarthy

Oncle Walt

Nancy Cartwright

Ethel

Dick Miller

Walter Paisley

Cherie Currie

Sara

Bill Murry

Tim

Jeffrey Bannister

Charlie

 

John Lithgow

John Valentine

Charles Knapp

Abbe Lane

Donna Dixon

John Dennis Johnston

Larry Cedar

 Le Marshal de sécurité aérienne

Une hôtesse de l’air

Une hôtesse de l’air

Le copilote

La créature

 

 

 

SYNOPSIS

 

 

 Prologue (John Landis)

 

Une route déserte, au beau milieu de la nuit. Dans une voiture, un auto-stoppeur et le conducteur qui l'a pris en charge chantent gaiement en chœur la chanson The Midnight Special de Creedence Clearwater Revival que joue la cassette sur l'autoradio lorsque la bande magnétique se coince et se brise dans le mécanisme de celui-ci. Les deux automobilistes désappointés décident alors de jouer à deviner les noms de séries télévisées dont ils fredonnent tour à tour les indicatifs. Après avoir évoqué avec enthousiasme La Quatrième Dimension et les frissons que leur donnaient certains épisodes, le passager demande au conducteur s'il aurait vraiment envie de claquer des dents. Ce dernier répondant par l'affirmative, il lui propose de lui montrer quelque chose, en insistant pour qu'il s'arrête sur le bas-côté au préalable...

 

1er segment (John Landis)

 

En sortant d'un bar où il a émis haut et fort ses opinions racistes, Bill Connor se retrouve tour à tour dans la peau d'un Juif en France occupée, dans celle d'un Noir pourchassé par le Ku Klux Klan puis dans celle d'un Asiatique en pleine guerre du Viêt Nam. Son cauchemar se termine dans un train en route pour un camp de concentration.

 

2ième segment (Steven Spielberg)

 

Dans un hospice de vieillards, un certain monsieur Bloom réapprend l'enfance aux pensionnaires, qui retrouvent miraculeusement l'apparence de leur enfance.

 

3ième segment (Joe Dante)

 

Un jeune garçon utilise d'étranges pouvoirs pour retenir prisonnier dans un univers de dessin animé un groupe de gens qu'il force à jouer sa famille.

 

4ième segment (George Miller)

 

John Valentine, auteur spécialisé dans l'électronique de pointe, est gagné par la panique alors que le Boeing 707 assurant son vol de nuit traverse un violent orage. Ne pouvant s'empêcher de scruter le ciel par le hublot, il aperçoit bientôt une étrange créature juchée sur le réacteur extérieur et occupée à en dépecer le capot, jetant les lambeaux de métal arrachés dans la soufflante. En proie à la paranoïa et mettant les autres passagers et l'équipage en émoi, Valentine, qui est apparemment le seul à voir le monstre, parvient à s'emparer du revolver d'un agent de la police de l'air présent à bord qui tente de le maîtriser pour tirer sur le hublot, dépressurisant le fuselage et se retrouvant à moitié aspiré au dehors avant de tirer à nouveau sur la démoniaque entité. Celle-ci s'approche alors de lui en rampant sur l'aile, le désarme puis, réalisant que l'appareil est sur le point d'atterrir en apercevant les lumières de l'aéroport, se contente de lui plaquer sa main gluante et griffue sur le visage avant de disparaître dans les nues, non sans avoir adressé à Valentine un geste de réprobation en guise d'adieu.

 

Epilogue (John Landis)

 

Après l'atterrissage, l'équipage et les passagers se remettent de leurs émotions en commentant les événements qu'ils viennent de vivre, tandis que les mécaniciens de l'aéroport découvrent avec stupeur les dégâts subis par le réacteur en se demandant ce qui a bien pu les provoquer. Valentine est emmené dans une ambulance dont le chauffeur n'est autre que l'auto-stoppeur du prologue, qui coupe la sirène pour enclencher derechef une cassette jouant The Midnight Special de Creedence Clearwater Revival, avant de demander à son patient s'il s'est fait une grosse peur et de s'enquérir s'il voudrait vraiment, vraiment claquer des dents...